Nitazoxanure

Nitazoxanure: Le nitazoxanure appartient à la classe de médicaments connus sous le nom de Thiazolides. Le nitazoxanure (NTZ) est un médicament anti-infectiel à large spectre qui module considérablement la survie, la croissance et la prolifération d’une gamme de protozoaires extracellulaires et intracellulaires, des helminthes, des bactéries anaérobies et microaérophiles, en plus des virus. Ce médicament est efficace dans le traitement des infections gastro-intestinales, notamment Cryptosporidium parvum ou Giardia lamblia chez des sujets sains. Il est généralement bien toléré. Le nitazoxanure est un traitement standard de première ligne de la maladie causé par l’infection à C. parvum ou G. lamblia chez des adultes et des enfants sains (non immunodéprimés) et peut également être pris en compte dans le traitement des maladies causées par d’autres protozoaires ou helminthes [A31976]. Récemment, ce médicament a été étudié en tant qu’agent antiviral à large spectre en raison de sa capacité à inhiber la réplication de plusieurs virus d’ARN et d’ADN [A31977].

Sommaire

Classification

Parent Direct: Acylsalicylamides

Royaume: Composés Organiques

Super Classe: Benzénoïdes

Classe: Benzène Et Dérivés Substitués

Sous-Classe: Acides Et Dérivés Benzoïques

Indications

Pour le traitement de la diarrhée chez les adultes et les enfants causés par les protozoaires giardia lamblia , et pour le traitement de la diarrhée chez les enfants causés par le protozoaire, cryptosporidium parvum [label FDA].

Il n’a pas été démontré que le nitazoxanure est supérieur aux médicaments placebo pour la gestion de la diarrhée causée par Cryptosporidium parvum chez les patients atteints de VIH / immunodéficience [Label FDA, A31973, A31976].

Toxicité

Les données sur le surdosage de nitazoxanure ne sont pas disponibles [étiquette FDA]. Dans les études chez les rongeurs et les chiens, le LD50 oral était supérieur à 10 000 mg / kg. Des doses orales uniques allant jusqu’à 4000 mg de nitazoxanure ont été données à des volontaires adultes en bonne santé sans effets indésirables graves. Le lavage gastrique peut être approprié peu de temps après l’administration orale en cas de surdose. Le traitement favorable et symptomatique doit également être administré [label FDA].

Selon des études antérieures [label FDA], moins de 1% des patients âgées de 12 ans et plus ont participé à des essais cliniques avec NTZ ont souffert des effets indésirables suivants:
Systémique: asthénie, fièvre, douleur, réaction allergique, douleur pelvienne, maux de dos, frissons, fièvre, syndrome de pseudo.
Système nerveux central: étourdissements, somnolence, insomnie, tremblement, hyphysie.
Système gastro-intestinal: vomissements, dyspepsie, anorexie, flatulence, constipation, bouche sèche, soif.
Système urogénital: Urine décolorée, dysurie, aménorrhée, métrorragie, douleurs rénales, œdème labia.
Métabolique et nutrition: augmentation du SGPT.
Systèmes hémiques et lymphatiques: anémie, leucocytose.
Peau: éruption cutanée, prurit.
Sens spéciaux: décoloration des yeux, maux d’oreille.
Système respiratoire: épistaxis, maladie pulmonaire, pharyngite.
Système cardiovasculaire: tachycardie, syncope, hypertension.
Système musculaire: myalgie, crampes de jambe, fracture osseuse spontanée.

Toxicocinétique

Demi-vie: 7.3H [L1422]

Clairance rénale: Le nitazoxanure est éliminé dans l’urine et les excréments. Le métabolite, le tizoxanure, se trouve également dans l’urine, le plasma et le lait maternel [L1424]. Le médicament ne se trouve pas inchangé dans l’urine [L1424].

Mécanisme d’action:

On pense que le mécanisme le plus largement accepté de NTZ est la perturbation du métabolisme énergétique dans les microbes anaérobies par inhibition du cycle pyruvate: ferrédoxine / flavodoxine oxydoréductase (PFOR) [A31981]. Chez les protozoaires parasites, la nitazoxanure induit également des lésions dans les membranes cellulaires et dépolarise la membrane mitochondriale tout en inhibant la quinone oxydoréductase nQO1, la nitréductase-1 et les enzymes à l’isomérase disulfure de protéine. De plus, ce médicament inhibe également la glutathion-S-transférase (une enzyme détoxifiante majeure) et module le gène AVR-14, codant pour la sous-unité alpha du canal ionique de chlorure de glutamate présent dans les nématodes. Mis à part son inhibition non compétitive bien comprise du PFOR dans les bactéries anaérobies, NTZ démontre également divers autres mécanismes antibactériens. Il inhibe la pyruvate déshydrogénase dans E coli, perturbe le potentiel de la membrane et l’homéostasie du pH dans la voie Mycobacterium tuberculosis, supprime la voie chaperone / usher (Cu) des bactéries Gram-négatifs et stimule l’autophagie macrophage des macrophages [A31976]. NTZ supprime également la réplication virale en inhibant la maturation de l’hémagglutinine virale et du facteur de transcription viral immédiat au début de 2 (IE2) ainsi qu’en activant le facteur d’initiation de la traduction eucaryote 2A (une protéine intracellulaire antivirale). Enfin, le NTZ présente un effet inhibiteur sur la progression des cellules tumorales en modifiant la détoxification du médicament (glutathion-S-transférase P1), réponse protéique dépliée, autophagie, activité anti-cytokines et inhibition C-Myc [A31976].

Sources:

  • Drugbank.ca
  • chem.nlm.nih.gov

Comments

So empty here ... leave a comment!

Laisser un commentaire

Sidebar