blood_sample
blood_sample

La sélection, l’échantillonnage et le stockage approprié des échantillons biologiques sont importants, mais parfois négligés, dans la toxicologie médico-légale. Ces facteurs, combinés à la stabilité du médicament, peuvent avoir un impact profond sur l’interprétation des résultats et sur l’issue du travail judiciaire. Les critères entourant chacun de ces éléments sont présentés et discutés dans le présent article qui suit. Une référence supplémentaire à l’échantillonnage des tissus se trouvera également dans d’autres articles sur AnalyticalToxicology.com

Traduit en Français par : BENSAKHRIA Ayoub (source: Clarke’s Analysis of Drugs and Poisons)

Sélection des échantillons

La sélection de l’échantillon approprié est un élément essentiel de toute enquête toxicologique. Les circonstances entourant cette étape, la disponibilité des spécimens, la nature de l’enquête et même les questions légales ou statutaires peuvent dicter quels spécimens sont sélectionnés et à quelle fin. Le calendrier est un facteur important dans la collecte des spécimens, en particulier dans les cas post-mortem où certains médicaments ont des temps de détection courts et donc des fenêtres de détection limitées; les exemples comprennent la détection d’une concentration élevée de Delta-9-trahydrocannabinol ( THC ) dans le sang d’un malade ou de l’acide gamma-hydroxybutyrique (GHB) suite à une prétendue agression sexuelle facilitée par un médicament.

Les spécimens post-mortem posent des défis supplémentaires en raison de changements autolytiques et de la putréfaction. Le calendrier est également important dans les enquêtes sur la mort, car il devient de plus en plus difficile d’obtenir des spécimens de bonne qualité car le temps entre la mort et l’échantillonnage (intervalle post-mortem) augmente. Des facteurs tels que l’embaumement du corps, la décomposition ou l’inhumation peuvent compliquer davantage l’interprétation si les tissus ont été conservés, si les spécimens sont putréfiés ou si l’exhumation est nécessaire. Afin de pouvoir sélectionner le (s) spécimen (s) approprié (s), le toxicologue devrait avoir accès à l’historique des cas, aux relevés d’autopsie / rapport du pathologiste et à tous les autres documents pertinents.

Il est important que le contenant de spécimen soit approprié pour l’utilisation prévue et ne compromette pas les résultats analytiques. La taille du récipient doit être appropriée pour le volume ou le poids de l’échantillon afin que l’espace de tête soit réduit au minimum.

L’espace de tête excessif dans le récipient peut augmenter les risques de perte d’oxydation, de volatilisation de l’analyte (p. Ex. L’éthanol et d’autres composés à point d’ébullition) ou le salage, qui peut se produire si des conservateurs sont présents. Certains analytes ont tendance à adhérer aux surfaces en plastique ou en verre en fonction de leurs propriétés physico-chimiques. La silanisation de la verrerie peut réduire les pertes d’adsorption pour les médicaments présents aux niveaux des traces (10mg / L ou moins). Bien que de nombreux récipients en verre soient préférés, les récipients en plastique jetables sont utilisés de manière routinière pour une grande variété de tissus post-mortem et d’échantillons ante mortem, en particulier l’urine. Si des récipients en verre sont utilisés, il est important d’utiliser des supports appropriés pour le stockage et le transport. L’un des principaux inconvénients du verre est la possibilité de bris, en particulier lors du stockage à basse température. Afin de minimiser la perte d’échantillon, les récipients en verre sont préférés si des analytes volatiles tels que des solvants ou des gaz anesthésiques sont suspectés. Les récipients en plastique sont plus sensibles aux interférences par des plastifiants tels que les phtalates qui pourraient interférer avec l’analyse.

L’utilisation d’un plastique inerte tel que Nalgene diminue la probabilité d’interférence chimique, mais il existe de bonnes pratiques de laboratoire pour évaluer tous les nouveaux conteneurs d’échantillons avant l’utilisation de routine dans le laboratoire. Si des récipients en plastique sont choisis, leur intégrité à basse température devrait être évaluée. Le polystyrène est plus susceptible de craquer à des températures congelées que les vaisseaux de polypropylène. Les cloisons ou les doublures en caoutchouc dans les récipients à vis doivent être évités et remplacés par des revêtements inertes (p. Ex. Polytétrafluoroéthylène (PTFE) ou téflon) pour réduire les fuites et minimiser l’adsorption des médicaments.

Les échantillons de sang post-mortem sont généralement recueillis dans des tubes en verre évacués tels que Vacutainer ou Venoject à des fins de toxicologie médico-légale. La collecte de sang dans des récipients de collecte de verre similaires est également une bonne pratique dans l’échantillonnage de sang post-mortem. Ces tubes permettent de recueillir l’échantillon dans un récipient qui contient déjà des additifs nécessaires pour stabiliser et préserver la matrice. Un mélange approprié est nécessaire lorsque le fluorure de sodium ou d’autres additifs sont utilisés pour s’assurer que la dissolution est terminée.

Share Button

Comments

comments