img_5856282374520

La très grande utilisation des dérivés phénothiaziniques et des antidépresseurs (type imipramines) et leur grande diffusion en thérapeutique ambulatoire font que ces médicaments sont fréquemment absorbés à des fins suicidaires ou accidentellement.

De plus l’association fréquente de ces médicaments psychotropes conduit à un grand nombre d’intoxications mixtes, ce qui justifie leur recherche en toxicologie d’urgence.

PHENOTHIAZINES
Chlorpromazine

(Largactil ®)

Lévomépromazine

(Nozinan ®)

Thioridazine

(Melleril ®)

     

 

IMIPRAMINES
Amitriptyline

(Laroxyl ®)

 

RECHERCHE

PHENOTHIAZINES PAR RÉACTIONS COLORÉES

PRINCIPE

Les dérivés des phénothiazines sont caractérisés grâce à un pouvoir donneur d’électron très prononcé leur permettant d’entrer en interaction avec des partenaires de fortes affinités électroniques pour former selon les conditions :

  • Des complexes par transfert de charges
  • Des radicaux cationiques

La majorité des méthodes de détection reposent sur la formation de radicaux cationiques colorés.

RÉACTIFS

 1.    Dichlorométhane

2.    Dicloroéthane

3.    Solution aqueuse NaOH 10N

4.    Acide phosphorique (d=1.71)

5.    Solution aqueuse d’acide phosphorique

5.1. Acide phosphorique (d=1.71) ….. 75 ml

5.2. H2O distillée …………………………….. 25 ml

6.    Solution de Quinhydrone

6.1. Quinhydrone ………………………………0.100 g

6.2. Dichloroéthane ………………………….1000 ml

7.    Réactif universel de FORREST « FPN »

7.1. Solution aqueuse d’acide perchlorique d=1.38 à 50% en volume … 50 ml

7.2. Solution aqueuse d’acide perchlorique d=1.67 à 20% en volume … 45 ml

7.3. Solution aqueuse de FeCl3 à 5g/100 ml

8.    Solvant de migration des phénothiazines

8.1. Acétates d’ammonium ……………….. 3g

8.2. Méthanol ……………………………………..100 ml

8.3. H2O distillée ……………………………… 20 ml

8.4. Couche mince de Silicagel G

RECHERCHE DIRECTE

La réaction est pratiquée directement sur les urines ou le liquide gastrique :

  • 1 ml d’urine ou de liquide gastrique
  • 1 ml de réactif de FORREST

L’apparition en au moins 10 secondes d’une réaction colorée traduit la présence de dérivés phénothiaziniques, l’intensité de la coloration est grossièrement proportionnelle à leur concentration.

RECHERCHE APRÈS EXTRACTION

Extraction

Dans une ampoule à décanter on met :

  • 40 ml d’urine
  • 10 ml de NaOH 10 N
  • 50 ml de dichloroéthane

Agiter pendant 10 mn, laisser décanter ou centrifuger.

Recueillir la phase organique inférieure et jeter la dose urinaire supérieure.

Transvaser la dose inférieure dans une ampoule à décanter puis laver 2 fois avec 20 ml de l’eau distillée.

Jeter l’eau de lavage et recueillir la phase à garder dans un bécher avec 2 g de sulfate de sodium anhydre (Na2SO4).

Caractérisation

Dans un tube à essai :

  • 15 ml de la phase organique
  • 2 ml d’acide phosphorique
  • Agiter pendant 1 mn et observer sous la lumière de WOOD (366 nm)

Quelque soit le résultat, ajouter :

  • 1 ml de la solution de Quinhydrone
  • Agiter pendant 30 secondes

L’apparition de coloration indique la présence de dérivés phénothiaziniques.

IDENTIFICATION PAR CCM

Sur une plaque CCM faire un spot de l’extrait alcalin et un autre spot de témoin de phénothiazine.

Mettre à migrer jusqu’à environ 15 cm dans le solvant des phénothiazines.

Retirer la plaque, la sécher, pulvériser le réactif de FORREST

Les spots de phénothiazine donnent une coloration rose.

DOSAGE DES PHENOTHIAZINES

Réactifs

  • Le Largagtil® contient 25mg/5ml.
  • Dichlorméthane;
  • Solution de quinhydrone 10-3 M dans le dichlorométhane (1) ;
  • Solution aqueuse d’hydroxyde de sodium à 40 grammes pour 100ml;
  • Acide ortho-phosphorique (d = 1,71).

Mode opératoire

A/ URINE

« Applicable également aux liquides gastriques ».

  • Extraction :

Dans des ampoules à décantation placer respectivement comme suit:

Ampoule Urines NaOH Dichlorométhane Phénothiazine
B 25 ml 1 25
1 25 ml 1 25 30
2 25 ml 1 25 30
3 25 ml 1 25 30

Agiter énergiquement durant dix minutes. Après décantation, centrifuger à grande vitesse la phase organique. Eliminer par aspiration la totalité de la couche aqueuse surnageante. « Il est inutile de laver l’extractum organique et de déshydrater par agitation avec du sulfate de sodium anydre ».

*Traiter la solution inconnue de la même manière que les solutions standards.

Réaction

Dans l’ampoule à décantation placer:

– Extractum organique ………………………………..……10ml

– Solution 10 -3 M de quinhydrone ……………………1ml

– Acide ortho-phosphorique (d=1,71)……………..….4ml

Agiter énergiquement « avec précaution au début en raison de la grande volatilité du dichlorométhane » durant une minute.

Après décantation, la plus grande partie de la phase organique supérieure est éliminée. Le liquide restant est centrifugé. Après élimination « par aspiration » du solvant surnageant, la phase aqueuse acide colorée est soumise à l’analyse spectrophotométrique « après dilution éventuelle par un volume connu d’acide phosphorique pur de la phase acide si celle-ci trop intensément colorée ».

Lire l’absorbance à 527 nm de tous les tubes.

Tracer la courbe d’étalonnage et en déduire la concentration des phénothiazines dans l’échantillon.

Share Button

Comments

comments

Tagged:

A Propos de l'Auteur

mm