L’amiante (nom masculin) est un terme désignant des minéraux à texture fibreuse utilisés dans l’industrie. Ce sont des silicates magnésiens ou calciques ayant des propriétés réfractaires. Les diverses catégories d’amiante correspondent à plusieurs espèces minérales :

  • l’amiante blanc ou chrysotile (groupe des serpentines de diamètre entre 0.02 et 0.03 µm) ;
  • l’amiante bleu ou crocidolite (groupe des amphiboles 3 à 10 fois plus grand).

L’inhalation des fibres d’amiante peut provoquer des maladies graves dues à sa toxicité chronique telles que l’asbestose (qui entraîne une diminution de la capacité respiratoire), le cancer du poumon, le mésothéliome (cancer de la plèvre ou du péritoine).

Figure. Chrysotile

Propriétés physiques de l’amiante

  • Ininflammabilité (incombustibilité) ;
  • Faible conductivité thermique et électrique (excellent isolant) ;
  • Résistance aux substances chimiques agressives (inertie chimique) : toutes les formes d’amiante sont résistantes aux bases fortes, acides (amphiboles résistants) ;
  • Imputrescibilité (résistance aux micro-organismes) ;
  • Excellentes performances à la friction sans beaucoup d’usure (aptitude textile) ;
  • Résistance mécanique (grande résistance à la traction, même à haute T°).

Utilisations

L’amiante est un matériaux très largement utilisé dans divers secteurs industriels, mais on utilisation a connu un recul à cause de sa toxicité sur le long terme. Parmi les usages courants de l’amiante:

  • Industrie du textile, tissé ou tressé pour l’isolation thermique ;
  • Industrie de l’automobile ;
  • Industrie des constructions navales ;
  • Industrie de la construction bâtiment: mélangé à du ciment.

Toxicité

Sources d’exposition

L’exposition à l’amiante peut être d’origine professionnelle suite à :

  • L’Extraction et manipulation de roches amentifères (broyage, concassage).
  • La Soudure à l’aide d’électrodes contenant de l’asbeste.
  • Activités industrielles notamment la construction.

Para-professionnelle et domestique:

  • Certains talcs contiennent de l’amiante (asbestine), certains produits ménagers.
  • Environnementale : Pollution naturelle (site géologique) ou industrielle (mines d’amiante, usines de transformation).
  • Pollution de l’eau potable.

Cinétique des fibres d’Amiante

La pénétration se fait essentiellement par inhalation. Les fibres d’amiante se déposent dans l’arbre bronchique à des profondeurs variables en fonction de la granulométrie de cette dernière.

Stockage : Dans Parenchyme pulmonaire, plèvre, ganglions lymphatiques et les reins. Les alvéoles constituent cependant plutôt un lieu de transit que de rétention.

Migration : L’amiante migrent vers plèvre et Ganglions lymphatiques par des mécanismes directs ; systémiques ou lymphatiques, mais aussi vers les reins par transport passif  par le sang sous forme de particules libres ou phagocytés.

Biopersistance : Les fibres les plus courtes (ex : chrysotile après clivage) se retrouvent dans la plèvre, Les plus longues dans le parenchyme pulmonaire.

Calcification : Les fibres seront par la suite calcifiée et se transforment en :

  • Cristaux de phosphate de calcium.
  • Cristaux d’oxalate de calcium hydrate.

Elimination : Elle est plus rapide quand il s’agit de  fibres plus fines et fragiles. Le T ½ d’élimination est estimé entre  100 – 1000 jours, l’élimination n’est pas totale et très lente.

Le chrysotile passe la barrière placentaire et apparaît dans le foie et le poumon du fœtus.

Mécanismes d’action toxique

Impact direct : dans ce cas, la toxicité est en rapport direct  avec les caractéristiques physico-chimiques de la fibre d’amiante. Elle se manifeste d’abord par un Effet mécanique : l’adsorptionLa Chrysotile se lie aux protéines et l’ADN et entraîne des mutations chromosomiques et des transformations morphologiques des cellules.

Impact Indirect : Dû à la réaction de l’organisme à la présence de la fibre, cette réaction se manifeste par la Phagocytose par le macrophage alvéolaire et dissolution. Le chrysotile à l’intérieur des phagolysosomes (à pH voisin de 4.5) se solubilise de son Mg ce qui conduit  à une fragmentation du chrysotile en microfibrilles courtes, plus facilement épurées.

Les amphiboles : insolubles en milieu acide, s’engainent d’un revêtement protidique riche en fer formant des corps asbestosiques.

Conséquences :

Production d’espèces réactives d’oxygène (ERO) due à la présence de Fer dans certains types d’amiante, notamment l’anion superoxyde O2°- et OH° libérés par les macrophages (réaction de Fenton).

Processus inflammatoire dû à une translocation et Migration à partir des alvéoles vers d’autres compartiments (ganglions lymphatiques, cavité pleurale, tube digestif et péritoine).

Pathologies liées à l’amiante

  • L’Asbestose:

C’est une fibrose interstitielle diffuse et progressive qui s’étend des régions péribronchiolaires vers les espaces sous pleuraux.

L’affection apparaît en général 10 à 20 ans après le début de l’exposition, initialement asymptomatique, ou à symptômes non spécifiques : dyspnée progressive, toux. Les signes radiologiques peuvent être très en retard par rapport à la clinique (images de fibrose pulmonaire à mailles serrées). La principale complication est l’insuffisance cardiaque droite secondaire à l’insuffisance respiratoire chronique.

  • Atteintes pleurales :

Souvent totalement asymptomatiques et de découverte radiologique (radiographie ou tomodensitométrie).

Souvent calcifiées, bilatérales et sans adhérence. Plus de 15 ans après la première exposition à l’amiante.

Peuvent accompagner la fibrose ou exister seules.

Cancers : L’amiante est classée dans le Groupe 1 par le CIRC:

Cancer bronchopulmonaires : Temps de latence est estimé à environ 20 ans. Aucune distinction aux autres cancers bronchopulmonaire.

Il existe une synergie tabac-amiante dans le développement du cancer brochopulmonaire.

Mésothéliome avec un temps de latence: de l’ordre de 30 à 40 ans, voire plus, il s’agit d’une Tumeur maligne des surfaces mésothéliales qui touche surtout la plèvre.

Diagnostic

Anamnèse. Examen clinique. Imagerie thoracique. Épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR).Examens anatomo-pathologiques (biopsies).Techniques endoscopiques (endoscopie bronchique et pleuroscopie).

Biométrologie (marqueurs d’exposition) :

  • Comptage des corps asbestosiques ;
  • Comptage et identification des fibres d’amiante.
  • Ces analyses sont pratiquées sur 3 milieux biologiques : l’expectoration, le liquide de lavage broncho-alvéolaire et le parenchyme pulmonaire.

Analyse

Prélèvements : Air, ½ biologique, Matériaux (plaques, feuilles, ciment, textile…).

Mesure :

Ne sont comptées que les fibres présentant :

  • un diamètre < 3µ;
  • une longueur ≥ 5µ;
  • un rapport longueur / diamètre > 3.

L’Expression des résultats en fibres est faite par unité de volume (f /ml (cm3 d’air) ou f /l).

Les niveaux d’exposition professionnelle comptés au microscope à contraste de phase sont exprimés en f/cm3 d’air.

Techniques

  • Niveaux d’exposition professionnelle : MO à contraste de phase.
  • Atmosphère des immeubles bâtis et environnement : ME à transmission.
  • Recherche sur matériaux : MO à lumière polarisée.

Prévention et valeurs limites d’exposition

La prévention de la toxicité des fibres d’amiante se fait essentiellement par limitation de l’exposition.

Activités de fabrication et la transformation : dans l’air ≤ 0.1 f / cm sur 8 h de travail.

Activités de confinement, retrait et maintenance : dans l’air ≤ 0.1 f / cm 3  sur 1h de travail.

Population générale :   0.1  –  1 f/l.

VME fixé en Algérie : 0,1 F/l.

Share Button

Comments

comments